Sept erreurs à ne pas commettre

Vous souhaitez faire traduire votre site internet en anglais ?

Chez SFM Traduction, nous traduisons chaque année de nombreux sites internet institutionnels ou B to B (nous ne parlons pas ici des sites de e-commerce). Si certains projets se déroulent sans encombre, il en est d’autres dont les rouages grincent un peu.

Voici notre liste des sept péchés capitaux de la traduction de sites. A ne pas commettre, cela va sans dire !

1 – Ne pas embaucher un rédacteur web professionnel pour rédiger vos contenus d’origine.

Vos responsables produits, chargés de communication et autres managers ne sont malheureusement pas des rédacteurs professionnels et encore moins des rédacteurs web.  Recruter des contributeurs internes pour vos contenus est une erreur à éviter de préférence. Par contre, ces contributeurs seront des experts métier précieux pour le bon déroulement de votre projet et il faut les impliquer dans l’équipe projet dès le démarrage.

2 – Ne pas finaliser vos contenus avant de commencer à les faire traduire.

Multiplier les versions, ne pas respecter les cycles de validation, soumettre des modifications et des corrections en cours de route sont autant de bonnes façons de nuire à la qualité finale de vos traductions et de rallonger les délais. Mieux vaut attendre et commencer un peu plus tard, une fois les contenus validés, pour travailler en toute sérénité par la suite.

3 – Ne pas demander à votre prestataire web s’il a déjà créé des sites multilingues.

Bon nombre de nos clients découvrent trop tard, lors de la mise en ligne de leur site par exemple, que leur prestataire web manque d’expérience dans la conception de sites multilingues. Le résultat, de nombreuses petites erreurs qu’il est souvent trop tard pour corriger. Demandez des exemples à votre prestataire web et posez des questions avant de vous engager avec lui.

4 – Négliger le référencement dans la traduction de votre site.

La plupart du temps, nos clients ne s’en occupent pas. Savent-ils même de quoi il s’agit ? Lorsque nous posons la question « Faut-il vous aider à faire des recherches sur les mots-clés ou pour rédiger les méta tag ? » s’en suit un silence gêné accompagné d’un regard dans le vide pour toute réponse. Comment espérer obtenir un bon retour sur votre investissement web si personne – mais plus important encore : les moteurs de recherche – ne peut trouver votre site ?

5 – Omettre de traduire des contenus non-textuels, formulaires, messages de confirmation ou message d’erreur, etc.

Eléments graphiques contenant du texte, contenus des divers formulaires ou écrans de confirmation d’envoi de messages ou d’erreur sont autant d’éléments qu’il faut intégrer dans votre projet de traduction site pour un résultat impeccable. L’internaute anglophone qui envoie son formulaire de contact doit comprendre si vous avez reçu son message ou pas ! Vous lui rendez cette étape impossible s’il ne comprend pas le contenu de l’écran de confirmation !

6 – Ne pas faire de réunion préparatoire avec toute l’équipe « web » (webmaster, rédacteur, experts métier en interne et votre traducteur) avant le démarrage du projet.

Un bon site internet se fait en équipe, et le traducteur en fait partie ! Votre traducteur doit avoir les mêmes informations que votre rédacteur (brief, documents de référence pour l’aider dans ses recherches) ainsi qu’un accès direct à votre webmaster avec lequel il pourra régler des questions techniques concernant l’affichage et la navigation du site.

7 – Envoyer l’URL de votre site à un traducteur et demander un devis.

Votre traducteur doit travailler avec votre webmaster pour s’assurer que tous les contenus, éléments de navigation, formulaires, écrans de confirmation, etc. sont effectivement traduits. Votre professionnel web saura exporter ses contenus dans un format que le traducteur pourra aisément traiter. Si vous avez un tout petit site vitrine (de 4 ou 5 pages) votre traducteur peut travailler à partir du site en ligne, mais pour des sites d’envergure, il vaut mieux exporter les contenus et autres éléments à traiter.